Santé communautaire : ENFANTS DU GLOBE et ONUSIDA unissent leurs efforts pour la prévention et la prise en charge des infections au VIH dans la préfecture de Siguiri/Haute Guinée.

L’Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples (EDS-MICS) réalisée en Guinée en 2012, montre que, Globalement, 1,3 % des femmes et 0,4 % des hommes de 15-24 ans sont infectés par le VIH.

Pour faire face à cette réalité, notamment dans les communautés à forte concentration des populations, dont les zones minières en première ligne, ENFANTS DU GLOBE et ONUSIDA Guinée, ont signé enNovembre 2018, un Accord pour la mise en œuvre du projet de « Mobilisation communautaire pour la prévention, le dépistage et la prise en charge des infections au VIH/SIDA dans la préfecture de Siguiri ».

L’objectif principal de ce projet est de contribuer à l’atteinte des trois 90 de l’ONUSIDA en Guinée que sont :

  • 90 % des populations vivants avec le VIH connaissent leur statut sérologique ;
  • 90% des personnes dépistées vivant avec le VIH reçoivent un traitement antirétroviral ;
  • 90 % des personnes vivant avec le VIH sous traitement antirétroviral, ont une charge virale indétectable.

Mis en œuvre dans la prefecture de Siguiri, l’une des plus grande zone minière de la Guinée, la stratégie principale de ce projet a reposé sur l’établissment de partenariats solides ainsi que l’implication effective des structures communautaires de base dans la sensibilisation et l’orientation des populations vers les points de dépistage mis en place par le projet à cet effet.

Au terme de la réalisation de la première phase des activités de ce projet, sept mille deux cent (7200) personnes dont quatre mille six cent quatre-vingt femmes (4 680) ont été touchées par les  séances de sensibilisation conduites par les structures communautaires partenaires du projet.

Parmi cette population, mille cinq cent (1 500) personnes, dont quatre cent quarante-deux (442) hommes et mille cinquante-huit (1058) femmes ont volontairement fait leur test de dépistage. Au moment où nous mettions cette dépêche en ligne, toutes les personnes testées positives étaient en voie d’enregistrement pour une prise en charge efficace.

Mais selon le chef du centre de santé de Doko, principal site d’expérimentation de ce projet, la rupture d’intrants est l’une des difficultés qui pourrait négativement impacter cette prise en charge et par ricochet, la perte de vue des patients.

Elie Famoussa MARA

Superviseur du projet

+224 620 757 577

Print Friendly, PDF & Email